Terreur nocturne bébé : que faire pour la soigner ? Illustration représentant un nuage jaune

La terreur nocturne de bébé se caractérise par une manifestation physique de la peur. Différente d’un cauchemar, elle intervient alors que l’enfant est toujours endormi. Pour mieux comprendre ce phénomène et rassurer les parents, l’experte du sommeil Johanna Vorgere nous donne ses précieux conseils. Vous saurez ainsi comment réagir et intervenir face aux épisodes de terreurs nocturnes de bébé.

I. Comment reconnaître la terreur nocturne de bébé ?

La terreur nocturne de bébé est une forme de parasomnie, se rapprochant du somnambulisme, chez l’enfant, qui est sans danger particulier. En revanche, elle est souvent impressionnante pour les parents qui ne savent toujours pas quel comportement adopter face à ce phénomène. Généralement les terreurs nocturnes peuvent apparaître entre 18 mois et 4 ans. Passé l’âge de 5 ans, elles sont moins fréquentes, voire rares.

Contrairement à un cauchemar, qui se caractérise par une anxiété passagère, la terreur nocturne de bébé est plus alarmante car elle peut cacher une angoisse véritable chez l’enfant. C’est pourquoi il est important de distinguer cauchemars et terreurs nocturnes pour adopter les bons réflexes et les meilleurs gestes !

Ce qu’il faut savoir, c’est que les terreurs nocturnes se produisent généralement durant les phases de « sommeil lent profond ». Elles se déclenchent généralement en début de nuit car c’est à ce moment que surviennent les périodes de sommeil lent profond les plus longues.

En comparaison, les cauchemars interviennent généralement en fin de nuit, lorsque les phases de cycle du « sommeil paradoxal » sont plus longues.

II. Comment se manifeste la terreur nocturne de bébé ?

Dans le cas d’une terreur nocturne, votre enfant peut être allongé ou debout sur son matelas, les yeux fermés ou ouverts avec le regard vide. Il semble terrifié, désorienté et peut pleurer, hurler ou être en sueur. De manière générale, il refuse le contact et ne supporte pas qu’on le touche ou le prenne dans les bras.

Le tout-petit est dans un état qu’on peut qualifier d’inconscient car il ne vous voit pas et ne vous entend pas. Il n’a finalement pas conscience de votre présence car, en réalité, il n’est pas vraiment réveillé. Les terreurs nocturnes ne durent pas longtemps, quelques minutes seulement et une fois l’épisode terminé, l’enfant se couche assez rapidement et se rendort sans difficulté.

Évidemment, en tant que parents, le premier réflexe sera de vouloir rassurer son enfant, de le prendre dans ses bras, de lui parler pour l’apaiser. Mais dans le cas d’une terreur nocturne, vous remarquerez que ces gestes produiront l’effet inverse.

Illustration représentant un croissant de lune jaune

En clair, plus vous tenterez de calmer votre bébé, plus il sera agité, agressif et tentera de se débattre.

III. Quelles sont les causes des terreurs nocturnes de bébé ?

Les terreurs nocturnes sont principalement héréditaires. Si l’un des deux parents a fait des terreurs nocturnes ou fait des crises de somnambulisme, l’enfant aura plus de prédispositions à en faire également. Il peut y avoir plusieurs éléments déclencheurs d’épisodes chez les enfants prédisposés aux terreurs nocturnes, à savoir :

  1. 1.

    Si votre enfant vit un bouleversement ou un changement dans son quotidien qui génère du stress (entrée à l’école, séparation des parents, déménagement…)

  2. 2.

    Si votre enfant est très fatigué ou que ses habitudes de sommeil ont changé

  3. 3.

    Si votre enfant est malade ou a de la fièvre.

IV. Comment réagir si un enfant fait des terreurs nocturnes ?

Bébé essayant de trouver le sommeil dans son lit à barreaux

La première chose à retenir c’est que durant un épisode de terreur nocturne, votre enfant dort (comme c’est le cas pour une personne somnambule) et qu’il ne faut pas le déranger.

L’objectif est de ne pas réveiller systématiquement votre p’tit bout même si vous êtes inquiets ou stressés, ce qui est une réaction légitime quand on voit son enfant dans un état anormal. Gardez en tête que le fait d'interrompre un cycle de sommeil chez le tout petit peut créer de l’inquiétude et générer du stress pour lui.

Au contraire, si vous le laissez dormir, il n’aura généralement aucun souvenir de cet épisode le lendemain, contrairement à vous. La bonne solution pour empêcher que les crises de terreur nocturne de bébé se reproduisent c’est d’éviter que le sommeil soit associé, pour lui, à de la peur ou de l’anxiété.

Ce que vous pouvez faire en revanche, c’est rester auprès de lui, dans sa chambre, sans intervenir. Votre présence reste importante pendant un épisode de crise car elle permet de veiller à ce que votre enfant ne se blesse pas, et ne se mette pas en danger.

Les terreurs nocturnes de bébé sont récurrentes et ont lieu plusieurs fois par nuit ? Durant plusieurs semaines d'affilée ? Alors, vous pouvez consulter votre pédiatre ou un professionnel de santé pour envisager une solution adaptée.

V. Que faire pour prévenir les terreurs nocturnes de bébé ?

1. Mettre en place des activités calmes

Vous sentez votre enfant fatigué ou plus agité ces derniers temps ? Tentez de mettre en place un moment de repos supplémentaire ou un temps calme dans la journée ! Vous pouvez également limiter les activités physiques durant les deux heures qui précèdent l’heure de coucher. Le mieux, évidemment, c’est de bannir les écrans plusieurs heures avant le dodo, pour éviter au maximum les terreurs nocturnes.

2. Un état de sérénité pour bébé

De manière générale, l’enfant doit être dans un état de détente et de sérénité au moment du coucher. C’est pourquoi il est nécessaire de limiter au mieux les situations stressantes ou inhabituelles. Instaurer un rituel du coucher, identique, chaque soir, est bénéfique pour apaiser durablement votre enfant.

3. Une présence réconfortante

Si vous avez l'habitude de lire une histoire à votre petit, misez sur des contes paisibles et évitez les histoires trop effrayantes ou stimulantes. Enfin, n’oubliez pas de dire à votre bout d’chou que vous êtes à côté et qu’il peut vous vous appeler s’il en ressent le besoin.

Johanna Vorgere et son bébé Noam dans les bras devant la mer

Article réalisé en collaboration avec Johanna Vorgere, spécialisée dans les troubles du sommeil de bébé et et heureuse maman d’un petit Noam.

1.
Papa en visioconférence avec une tasse de café à la main

Ne manquez pas les masterclass animées en visioconférence par Johanna sur le sommeil et l’allaitement. À découvrir sur son compte Instagram !

2.
Maman dans une chambre bébé avec son petit dans les bras

Pour un suivi personnalisé, prenez contact avec Johanna sur son site pour convenir d’une consultation individuelle.


Parce que la parentalité n’est pas toujours chose aisée, Le Petit Cosme tente de vous accompagner pour aborder sereinement chaque moment clé de vos enfants.

L'équipe Cosme

Pictogramme représentant un téléphone

Messagerie instantanée

Pictogramme représentant un téléphone

01 79 73 30 90

du lundi au vendredi de 10h à 18h

le samedi de 11h à 19h

Pictogramme représentant un téléphone

Nos boutiques

keyboard_arrow_left

PARIS

2 passage Thiéré
75011 Paris
01 79 73 30 90

LYON

27 rue des Remparts d'Ainay
69002 Lyon
04 65 84 40 60

NANTES

14 rue Paul Bellamy
44000 Nantes
02 55 99 00 88
keyboard_arrow_right close

4,87 / 5

1318 avis

close